Sélectionner une page

Lu dans le Rouge & le Noir

Pr. Pichot-Bravard  : L’action politique doit être nourrie par une vie spirituelle exigeante et par un travail régulier de formation intellectuelle et culturelle.
Nos adversaires révolutionnaires, et notamment marxistes, ou marxisants, ont parfaitement compris le rôle essentiel de la culture dans le combat politique. La grande faute des libéraux a été d’abandonner la culture à leurs adversaires pour se concentrer sur l’action économique.

La reconquête politique implique une entreprise de reconquête culturelle, comme l’a illustré Philippe de Villiers en Vendée, le seul département de l’Ouest de la France où la droite a renforcé ses positions entre 1990 et 2010. Ceci ouvre d’ailleurs à ceux qui brûlent de s’engager en politique un champ d’action beaucoup plus vaste qu’ils ne l’imaginent. L’action politique ne se résume pas à la vie électorale, qui peut fort bien n’être qu’une perte de temps. Elle peut consister à organiser un cycle de formation, ou simplement à y participer. Elle peut consister à animer une émission de radio, une revue ou un site, comme vous le faites.
Elle peut consister à restaurer et à mettre en valeur une chapelle ou un monument menacé de ruines, à l’instar de Reynald Sécher à La Chapelle Basse-Mer.
Elle peut consister à créer, ou à faire vivre une école vraiment libre. Elle peut consister à animer une association ou un mouvement de jeunesse. Elle peut consister à participer à des manifestations, comme le font aujourd’hui les « Hommen ».

Il y a bien des façons de combattre. Notre monde contemporain réduit l’action politique à l’empoignade partisane. Il faut se garder de tomber dans ce piège. Rappelons-le : la politique consiste dans le service du bien commun. Sans doute ce service implique, à un moment ou à l’autre, la conquête du pouvoir, mais cette conquête, pour être effective, efficace et durable, exige d’abord une conquête des intelligences. Elle exige de transmettre des valeurs et des connaissances, de batailler sans concession contre la « novlangue » de la pensée officielle, contre les mensonges de la désinformation, deréhabituer les oreilles de nos compatriotes à entendre un discours traditionnel afin de les amener d’abord à considérer que ce discours fait partie des choix possibles, avant de les convaincre que ce choix est le meilleur pour la restauration de la France.

Share This