Sélectionner une page

Le premier fruit de la mobilisation en cours catalysée par La Manif Pour Tous est la prise de conscience de la réalité, de la gravité et de l’injustice de la proposition de loi. Grâce à ce mouvement, une majorité réalise que la conscience a mal. Pour cela elle a eu besoin d’être instruite en vérité.

Éclairée par la lumière de l’intelligence, la conscience souffre. Elle réagit alors par un premier engagement entretenu par la ferveur de la mobilisation et l’agressivité du pouvoir. D’une certaine manière, l’amplification de l’action LMPT et le déni gouvernemental se rejoignent pour conforter la prise de conscience des citoyens.

– La succession des manifestations associées aux prises de position des intellectuels, des autorités morales, des parents, des éducateurs, des psychologues, des professions de l’enfance, des juristes, des maires, des députés, des sénateurs ont convaincu jusqu’à la majorité des français qu’un mariage unisexe qui emporte automatiquement le droit à l’adoption est une injustice et une fiction.
– La pression médiatique, l’action gouvernementale totalitaire et idéologique, le déni de toute argumentation libre et rationnelle par la représentation parlementaire jusqu’au vote manipulé ont renforcé la conviction partagée maintenant par une majorité des citoyens de l’injustice de la loi dont la promulgation serait illégitime.
– La fébrilité et l’accélération du processus parlementaire contre toute pratique d’une « république apaisée » est comme l’aveu par les soutiens de cette loi eux-mêmes d’un doute.

Les manifestations publiques légitimes ont toujours pour objectif d’encourager le fort (qui est au pouvoir) à être juste et ceux qui ont peur (les parlementaires et médias de l’opposition, mais aussi les parents, éducateurs, personnels de santé…) à exercer leur responsabilité.

La mobilisation des jours qui restent avant le vote (ou bien le rejet improbable de la loi) a pour objectif de convaincre :
– Ceux qui sont au pouvoir qu’ils auraient raison de changer d’avis,
– Ceux qui sont minoritaires au parlement, que leur courage est nécessaire et légitime. Il est même possible d’espérer que quelques nouveaux parlementaires rejoindront ceux qui ont le courage de s’opposer.

Ce temps, n’en doutons pas, sera celui des provocations pour discréditer le mouvement en faveur du vrai mariage et provoquer à la « faute ».Toute action doit donc être faite avec un vrai discernement.
– Cela suppose l’humilité de soumettre son idée d’action au jugement de ses amis. Rien de plus dramatique que les mouvements impulsifs des « desesperados » !
– Ce que craint le plus un pouvoir fébrile, c’est la détermination raisonnée des « forces de paix » qui les obligent à sortir de l’apparence du juste pouvoir démocratique dont ils se prévalent.

Si la loi n’est pas votée, nous aurons gagné une bataille dont nous pourrons nous réjouir mais les causes profondes n’auront pas disparu.

Dans tous les cas, l’action devra se continuer.

Il faut utiliser le temps qui reste à confirmer les opposants dans leur conviction et alerter les indécis et les proches sur la détermination du mouvement qui s’amplifiera encore dans la phase suivante.

Share This