Sélectionner une page

Noyau durComment constituer des noyaux durs pour l’action ? Efficacité des Cercles d’étude et d’action.

Pour se former et agir, lecture, cours et conférences sont des moyens précieux mais qui malheureusement n’engagent pas de façon profonde l’intelligence, la volonté, la mémoire et les passions.

Jean Ousset dans la troisième partie de son livre l’Action au Chapitre 5 : Se rencontrer explique pourquoi le fonctionnement en cercles d’étude et d’action est si efficace. Extraits :

« La formule des cercles d’études manque de charme. Elle est pourtant celle des « rencontres » les plus authentiques, les plus personnelles, les plus souples, les plus polyvalentes. Formule du vrai dialogue ; lequel est d’abord « un entretien, une conversation entre deux ou plusieurs personnes »… Des personnes !

Personnes qui peuvent être en désaccord sur mille points, mais en profonde union sur mille autres. Voisins grincheux, peut-être, mais dont les épouses sympathisent, dont les enfants sont inséparables. Ce qui fait que le dialogue est toujours possible entre de tels êtres, parce qu’à ce degré et dans ces conditions le chrétien et le juif, le communiste et le passionné des Encycliques se connaissent sous d’autres traits que ces seuls là. Ils peuvent donc converser d’une façon tout à la fois plus large et plus souple. Sans se trouver comme immédiatement réduits au « champ clos » des oppositions ou séparations suggérées par un étiquetage sommaire. Cela permet de comprendre à quel point les structures grégaires de nos sociétés de masses peuvent être contraires aux conditions d’un vrai dialogue. Parce que, sous le joug d’un totalitarisme, envahissant, les institutions ne sont plus à mesure humaine. Si donc, comme on le prétend, la Cité, pour s’épanouir, doit être une « cité du dialogue », il est indispensable qu’elle soit riche en corps intermédiaires. Parce qu’il n’est de dialogue pleinement humain que dans ces micro-groupes. Parce que c’est dans ces groupes que les hommes se connaissent vraiment, « personnellement », qu’ils parlent mieux de ce qu’ils sont autant que de ce qu’ils savent. C’est dans cet esprit que cercles, cellules, groupes doivent être conçus. Petit nombre de personnes… qui acceptent de donner à leur propos un certain ordre, un sens, un tour plus précis, au lieu de s’abandonner au caprice anarchique des bavardages habituels.

Les cellules et cercles dont nous parlons ne veulent être qu’une certaine systématisation …d’une culture méthodique de bonnes fréquentations, de bons entretiens. Combien forment ainsi des cercles sans même s’en douter dont un grain de systématisation suffirait à décupler le rayonnement bienfaisant !

La difficulté ne tient donc pas au principe du cercle. Elle ne peut venir que du travail qu’on se propose d’y accomplir, de l’étude qu’on lui demande. Mais, sincèrement, croit-on qu’il soit possible, sans étude, sans travail, sans un effort de formation sérieuse, de mener à bien le combat dont il est question dans cet ouvrage ? …

S’il est donc nécessaire de travailler, comment refuser d’admettre que le cercle d’étude soit certainement la meilleure façon, la plus vivante, de s’adonner au travail qu’il faut absolument accomplir.

Dès lors, « … Il est facile de le constater, l’effort de la recherche grave la vérité profondément dans l’esprit ; la joie que procure sa découverte la fait aimer. Et c’est à quoi tend la méthode des cercles… Elle fait un appel constant au travail personnel de tous ses membres, tous actifs (…) Il s’adresse à toutes les facultés, utilise toutes les capacités (…) Dans ces intimes et fréquentes réunions se nouent des amitiés solides (…) S’il est assez fréquent, l’activité qu’il suscite n’est pas intermittente, mais constante. Le travail personnel qu’il exige maintient d’une réunion à l’autre l’esprit en haleine… »

Ces quelques mots permettent de comprendre la richesse de la formule :

  • Possibilité de faire se rencontrer les gens selon une bonne harmonie psychologique, leurs intérêts, leurs soucis communs.
  • Possibilité d’une bonne fréquence et, par là-même, d’une excellente continuité d’influence.
  • Soutien mutuel quasi spontané. A cette réserve près que le caractère d’intimité de la formule réduit sa force expansive. Le fait de se retrouver toujours peu nombreux peut être une occasion de lassitude, si rien n’est conçu pour la résorber (tel un congrès annuel par exemple).
  • Plus grande facilité d’intelligence de la doctrine.
  • Mode de réunion le moins onéreux.
  • Quant à la sécurité, si l’on comprend l’extrême souplesse de la formule, elle peut être invulnérable.
  • Quant au perfectionnement continu, la formule n’a-t-elle point pour elle le témoignage de tout ce qui, au cours de l’histoire, s’est fait de plus durable, de plus profond ? Est-il mode de réunion où l’autocritique puisse être à la fois plus efficace et amicale. Le cercle, en outre, ne déracine pas. Chacun peut s’y montrer « au naturel », sans changement d’allure, avec son langage familier. Sans ces transformations d’attitude ou de ton, qui sont le lot habituel des réunions plus vastes. »

Extrait du livre “L’Action”, de Jean Ousset, à obtenir dans notre librairie. Ce livre est un maître livre pour bien penser l’action en fonction du but poursuivi. Tout homme ou femme d’action le lira avec profit pour inspirer son engagement. Jean Ousset, fondateur d’Ichtus pour Former, Relier et Agir, est le premier en effet à avoir méthodiquement formalisé une doctrine de l’action culturelle, politique et sociale à la lumière de l’enseignement de l’Eglise pour, concrètement répondre au mal par le bien. A l’encontre des pratiques révolutionnaires et de la dialectique partisane, si l’amitié est le but de la politique, Jean Ousset nous montre comment pour agir en responsable, l’amitié en est aussi le chemin.

Share This