N°572-573 : Europe, avis de tempête…

 

A l’approche d’élections qui s’annoncent cruciales pour l’avenir, voire la survie, des institutions européennes, Permanences a voulu se pencher sur la question de l’Europe. Pour ce faire, les Universités d’été de la Sainte Baume organisées par l’Observatoire Sociopolitique du Diocèse de Fréjus-Toulon se sont réunies autour de cette thématique brûlante. Partenaire de l’événement, Ichtus propose aux lecteurs de ce numéro un fidèle compte-rendu de ces réflexions sur l’avenir du Vieux Continent, enrichies de contributions exclusives.

Pour Guillaume de Prémare, sans une ambition de civilisation, le continent européen court le risque de sortir de l’Histoire. L’Europe est aujourd’hui appelée à opérer un sursaut culturel, spirituel, politique, géopolitique et démographique.

Cependant, le Père Louis-Marie Guitton et Jean-François Chemain rappellent que l’Europe est un «club chrétien» reposant sur la distinction entre cité de Dieu et cité des hommes et sur le monachisme occidental qui a porté les jalons économiques, culturels et intellectuels qui ont donné une culture commune à toute l’Europe.

Le processus d’intégration européenne s’est-il fait aux dépens de la démocratie ? Question à laquelle Christophe Beaudouin tente ici de répondre.

Pour le Frère Serge-Thomas Bonino, la structure de pensée scolastique, y compris dans les disciplines profanes, découle de l’idée essentielle selon laquelle le sens est déjà donné qu’il faut cependant découvrir. Le réel est a priori intelligible. La vérité n’est pas à créer car elle nous précède toujours.

Tour de Babel contemporaine, l’Union Européenne n’est qu’une forme politique de facto modifiable à l’infini selon Patrick Louis, qui nie le Bien commun et la démocratie puisqu’il n’existe pas de peuple européen.

Quelle forme doivent prendre les institutions européennes, quel avenir pour ces institutions : Europe de Bruxelles, de Barcelone, ou de Visegràd ? Questions auxquelles Max-Erwann Gastineau, Gérard Leclerc, Ghislain Knepper, et Hadrien Desuin apportent chacun une réponse différente.

S’il faut sans doute dénoncer les errances et les excès du libéralisme philosophique, pour le Frère Joseph-Thomas Pini, il faut agir sans ruiner le meilleur de son apport historique en ce qu’il sert la cause de l’homme, et le faire dans une posture de réalisme pratique, humble autant que lucide.

L’islamologue Annie Laurent explique que l’Europe se trouve confrontée, en raison d’une importante présence musulmane sur son sol, à une interpellation de l’Histoire.  Pour relever le défi, il va lui falloir bannir la peur et choisir la lucidité et le courage.

Enfin, Clotilde Brossolet s’interroge de la pertinence de conserver le clivage droite/gauche.

Commander ce Permanences

 

Share This