Sélectionner une page

J’ai une idée pour les “barbus” de la laïcité : afin de garantir la neutralité du paysage public, je leur suggère d’entourer les édifices cultuels de grandes bâches agrémentées de jolies fresques républicaines. J’exagère un chouïa, évidemment. Cependant, la dernière offensive laïciste témoigne d’une franche crispation-radicalisation. Ils sont en forme, comme on dit.

Je pense notamment à la proposition de loi Laborde, qui entend subordonner à une exigence de neutralité religieuse les subventions aux associations et structures qui accueillent des mineurs. Ainsi, seule la neutralité permettait la liberté de conscience ; et la religion l’entraverait par principe. C’est un présupposé faux, bien entendu.

Cela signifie également que les religions, à travers leurs structures confessionnelles, n’apporteraient rien au bien commun, ce qui exclurait l’attribution d’argent public. Ce présupposé est bien davantage que faux, il est tout simplement scandaleux.

Nos “barbus laïcs” sont très nerveux en ce moment : leur cerveau s’excite et bouillonne, l’épiderme pique, les mâchoires se serrent… Que se passe-t-il ? Il y a eu le « choc Charlie », le choc des minutes de silences et des débats civiques houleux, et c’est un peu “panique à bord”. Du coup, la République “canal historique” se crispe sur une idéologie plutôt que d’appréhender le réel.

Mardi soir, j’ai écouté une émission de radio sur France Maghreb 2, qui donne la parole aux auditeurs. J’ai entendu beaucoup de plaintes : « amalgame », « stigmatisation », « discrimination », « islamophobie », etc. J’ai aussi entendu une auditrice d’origine tunisienne expliquer qu’elle entendait beaucoup de maghrébins de nationalité française dire « Je suis Algérien » ou « Je suis Marocain ». « Si nous-mêmes qui sommes Français ne nous affirmons pas Français, comment voulez-vous que l’on nous voie comme Français ? », disait-elle… Un autre auditeur lui a répondu : « Je suis Français de fait, mais sûrement pas de cœur. »

Cela montre l’échec, au moins pour partie, de l’acculturation de Français d’origine maghrébine. Ici, ce n’est pas d’abord un problème de laïcité, c’est un problème culturel qui devient un problème politique grave parce que les “barbus” islamistes cherchent à gagner l’opinion musulmane en France. Il est évident qu’en “surfant” sur l’échec de l’acculturation, c’est “tapis rouge” pour eux, particulièrement en direction des jeunes.

Dans ce contexte délicat, en déployant leur agressivité antireligieuse, nos “barbus laïcs” préparent admirablement le terrain aux “barbus” islamistes. C’est irresponsable de leur part car le problème numéro un post-Charlie n’est pas la laïcité. Mais il est de faire échec à la guerre de conquête politico-religieuse que mènent les islamistes en recrutant des combattants de l’intérieur. Voilà un sujet dont on parle trop peu.

Guillaume de Prémare
Chronique Radio Espérance du 20 mars 2015

Share This