Sélectionner une page

Les outrances d’une campagne électorale hystérique et médiocre n’ont pas grandi l’image de ces Etats-Unis que l’on qualifie de « plus grande démocratie du monde ». Il se trouve que cette « plus grande démocratie du monde » est également la première puissance mondiale, la première puissance nucléaire.

Et il se trouve qu’une atmosphère délétère de guerre froide s’est installée, particulièrement depuis que l’Ukraine et la Syrie sont devenues le théâtre d’une lutte d’influence féroce entre Washington et Moscou. Voici un enjeu qui semble bien plus important que de savoir si Trump est un grossier personnage et un populiste.

En effet, ce que les peuples sont en droit d’attendre des puissants de ce monde, ce n’est pas d’abord qu’ils soient parfaitement honnêtes et raffinés – il ne faut pas rêver ! – ; mais c’est qu’ils coopèrent pour le bien commun de cette humanité aujourd’hui otage des grossiers appétits de domination sur fond d’impérialisme économique.

Trump a évoqué la politique internationale lors de son premier discours de candidat élu : « Nous allons rechercher le compromis et le partenariat plutôt que l’hostilité et le conflit. » Quant à Poutine, il a félicité son homologue et souhaité « un dialogue constructif ». Puissent-ils tous les deux passer de la parole aux actes.

Et la France dans tout ça ? Il ne faut pas croire ceux qui disent que la France n’est plus capable de peser au plan international parce qu’elle serait trop petite et/ou trop affaiblie. Toute idée de « petitesse » concernant la France est une insulte à sa vocation, à son histoire et à son avenir. C’est une marque de pusillanimité, c’est-à-dire le refus d’assumer la grande responsabilité qui est la nôtre.

La France est attendue

Certes la France n’est plus un géant de ce monde. Mais la France porte encore un rayonnement culturel mondial, une tradition diplomatique d’excellence. Et la France est attendue par de nombreux pays, notamment dans cette Afrique noire abandonnée aux dictateurs et aux firmes, notamment dans ce monde arabe dépecé et humilié par la politique euro-atlantique désastreuse menée depuis la première guerre du Golfe. Ce monde arabe où tant de choses se jouent aujourd’hui.

Par ailleurs, la France est un puissance militaire nucléaire et elle est membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, avec les Etats-Unis, la Russie, la Chine et l’Angleterre. Elle dispose à ce titre d’un droit de véto. Cela signifie que les géants de ce monde doivent compter avec la France. Mais encore faudrait-il que celle-ci cesse de se laisser vassaliser, comme elle le fait depuis trop longtemps.

Il faut souhaiter l’avènement d’un monde multipolaire ; à rebours d’un « nouvel ordre mondial » univoque dominé par les oligarchies mondialisées. Pour cela, la France a un rôle majeur à jouer. Ce n’est pas d’abord une question d’orgueil national – quoique cet orgueil soit nécessaire -, c’est une responsabilité. La France porte une mission : celle d’une puissance de rayonnement, d’influence et d’équilibre.

Voici un enjeu à ne pas négliger pour notre propre élection présidentielle, en 2017.

Guillaume de Prémare

Chronique Radio Espérance du 11 novembre 2016

Share This