Sélectionner une page

Samedi 28 mai, François Hollande commémorera la Bataille de Verdun. Avec un peu de chance, il ne pleuvra pas et il ne salira pas ses beaux souliers de la boue dans laquelle nos soldats ont perdu la vie. Je l’imagine déjà avec ses couronnes de fleurs, son discours sur la barbarie qui nous guettera toujours et ses quelques mots d’allégeance à l’Union Européenne pour satisfaire la chancelière qui sera présente. Rien de bien grand, une instrumentalisation de l’Histoire comme nos dirigeants politiques savent si bien faire : que les leçons du passé servent la soupe du politiquement correct et l’idéologie d’un vivre-ensemble relativiste à tendance communautariste.

Mais François Hollande ne s’arrêtera pas là… Cette commémoration doit mobiliser la jeunesse. Voici donc notre Président qui, en plus de vouloir faire peuple, veut faire jeune.
Bilan : un concert chanté par un artiste choisi pour sa popularité auprès de la jeunesse. La popularité est un critère déterminant pour un Président, futur candidat en berne dans les sondages…
L’heureux élu, celui qui chantera, pour la commémoration du Centenaire de la Bataille de Verdun est … est un chanteur de rap, Black M, ancien membre du groupe Sexion d’Assaut. Il est génial Black M, il est jeune, il est issu de l’immigration, il est n’est pas particulièrement vulgaire, ni misogyne, pas bling-bling. Rappeur de talent, il est reconnu pour sa technique et son flow de qualité.
On est loin des rappeurs qui « niquent la police » et conspuent la France en appelant à la violence, on est loin des rappeurs dont les clips sont peuplés de voitures de luxe et de femmes aux attitudes obscènes, aux maillots de bain trop petits.
Black M c’est un gentil, à l’image d’une France multiculturelle à la culture urbaine…

Mais il y a un hic ! Dans une de ses chansons, il parle de la France, ce pays de kouffars. Petite traduction, les kouffars sont des mécréants…
Il n’en faut pas plus pour que des voix s’élèvent, confier le concert de commémoration à un chanteur de rap qui n’a pas hésité à faire preuve de mépris pour la France, c’est un scandale ! Alors, oui, je ne veux pas que ce soit Black M qui chante pour célébrer l’héroïsme, le sacrifice de nos soldats morts pour la France, morts pour nous ! Mais plus encore, ce qui me dégoûte c’est que notre Président instrumentalise cette commémoration pour en faire un outil dans son plan de carrière politique : il donne la preuve de son mépris pour nos soldats, il balaye 300 000 morts d’un revers de communication politique.
Verdun, ses 11 mois de combat, ses 700 000 victimes … son concert de rap.
Oublié le symbole de la barbarie de la guerre, du devoir de servir et défendre son pays, aujourd’hui Verdun devient le symbole d’une génération qui s’amuse.

C’est de la scène, et c’est quelque chose qu’il aime énormément. Alors il a répondu présent tout simplement. Bref pour Black M, Verdun est une nouvelle salle de concert. D’ailleurs, à ceux qui sont surpris par l’annonce de son concert dans le cadre du Centenaire, le rappeur rétorque « qu’ils viennent on va bien s’amuser ».

Allez, viens, on va à Verdun, commémorer le Centenaire de la Bataille de Verdun, on va danser, on va chanter, bref on va bien s’amuser…

Là, je ne me révolte plus car il ne s’agit plus de mémoire commune éclatée, d’hommage mesquin, de stratégie de petit politicien …
Mais je pleure sur la médiocrité d’une génération qui ne sait pas ce que Verdun veut dire, à qui personne n’a appris que sur les bords de la Meuse, des hommes sont morts pulvérisés par les tirs d’obus dans un sacrifice immense, apogée du patriotisme des temps contemporains.
Black M appartient à cette génération qui ne s’inscrit pas dans un roman national. Verdun n’est plus… Il ne faudra donc pas compter sur le rappeur pour contribuer à l’écriture de notre mémoire commune. Mais pire encore, dans ce cimetière à ciel ouvert, où la souffrance fut la règle, il invite à s’amuser, faisant fi des 300 000 morts.
Notre société de la médiocrité, se joue de la mort dans des amusements futiles. Si commémorer, c’est s’amuser, alors notre vieux monde se meurt.
Plus d’épopée du peuple de France, plus de mémoire à construire, plus de respect. Même la mort ne mérite pas qu’on s’arrête. On ne crache plus sur les tombes, on y rappe.

Alors à Verdun, Black M rappera
On s’fait du mal, faudrait qu’on passe à autre chose
On s’fait du mal, avant que nos cœurs explosent
On s’fait du mal, faudrait qu’on passe à autre chose
On s’fait du mal

Là où 50 ans plus tôt le Général De Gaulle louait la grandeur de la France : « le souvenir de Verdun est lié directement à nos efforts d’à présent. Puissent en être affermies la foi de tous les Français et l’espérance de tous les hommes en l’éternelle vocation de la France ! Vive la France ! »

On est vraiment passé à autre chose.
Enfin, j’dis ça, j’dis rien !

Chronique écrite par Clotilde Brossollet, diffusée jeudi 12 mai sur Radio Espérance

Share This