Sélectionner une page

N°579 Quelle opposition au macronisme ?

Sociologiquement et politiquement minoritaire, Emmanuel Macron est sévèrement contesté et son impopularité est forte. Son grand processus de “transformation” du pays patine, les résultats économiques promis sont décevants. Et c’est sous sa présidence que s’est manifestée la révolte de la France périphérique. Pour autant, les commentateurs politiques soulignent qu’à défaut d’opposition structurée et crédible, sa réélection en 2022 s’annonce comme possible, voire probable. Ce paradoxe pose une question importante : existe-t-il une opposition crédible au macro- nisme ? Au-delà de la dimension électorale de la problématique, ce qui se joue est la capacité à faire émerger un récit alternatif crédible au processus de globalisation-mondialisation dans lequel Macron appelle la France à s’inscrire résolument. L’économiste Jacques Sapir, figure intellectuelle du souverainisme, explore, dans le grand entretien de ce numéro de Permanences, les bases d’un récit alternatif, notamment autour des questions de souveraineté et des enjeux sociaux.

N° 576 Vers un nouveau Catholicisme Social

Commander le N° 576 à l’unité ou en quantité Le 9 janvier 2019, 19 intellectuels et personnalités catholiques signaient dans l’hebdomadaire La Vie un Appel pour un nouveau catholicisme social. Initiateurs de cet appel, Joseph Thouvenel, Mathieu...
Politiquement correct ?

N° 578 L’empire du bien et le camp du mal

L’empire du politiquement correct exerce une pression intellectuelle de plus en plus forte sur les personnes qui osent défier l’esprit du temps,
remettre en cause le progressisme sociétal obligatoire, défendre quelques
permanences anthropologiques et réhabiliter la notion de souveraineté politique. Mathieu Bock-Côté dénit le politiquement correct comme
un “dispositif inhibiteur” qui vise à paralyser ou disqualifier les adversaires des idéologies postmodernes, présentés comme des ennemis du régime
et du “vivre-ensemble”. Il s’agit là d’un enjeu structurant de l’histoire contemporaine car le “monopole du récit médiatique légitime” et les “interdits” intellectuels édictés par notre temps affaissent la capacité d’agir du politique, lequel réduit son champ d’action aux frontières étroites assignées par “les gardiens de la morale vertueuse”. Le sociologue
québécois appelle à se libérer de cet “empire” qui se radicalise et propose quelques clés pour refuser le cadre de pensée restreint que celui-ci prétend imposer

N° 577: L’homme face au gigantisme

Le fil rouge de Guillaume de Prémare: “Gigantisme: un enjeu politique et civilisationnel”
Un extrait de l’entretien avec le philosophe Henri Hude : “Redécouvrir la juste mesure”
L’entretien intégral avec le philosophie et mathématicien Olivier Rey: “Proportion is beautiful”

N°572-573 : Europe, avis de tempête…

      Editorial : Un continent civilisateur • Nicole Buron METALAB : La crise existentielle de l’Europe • Guillaume de Prémare DOSSIER : Les racines chrétiennes de l’Europe • Jean-François Chemain L’Europe sans corps n’est pas...

N°570-571 : L’homme au travail

    Editorial : Vers un darwinisme social • Guillaume de Prémare METALAB : La technique, enjeu de civilisation • Guillaume de Prémare DOSSIER : Les multiples formes du travail, son évolution récente • Pierre-Yves Gomez Façonnement du paysage français par le...

N°566-567 : Qui gouverne, l’économie ou la politique ?

Editorial : Quand la vérité s’impose • Nicole Buron METALAB : Un catholicisme social alternatif • Guillaume de Prémare   DOSSIER : Ordre humain et finalité de l’activité économique • Bruno de Saint Chamas Les structures doivent donner intérêt à bien faire • Bernard...